Vers la permaculture…

9

On ne peut que s’enthousiasmer et vouloir copier les travaux réalisés au jardin des fraternités ouvrières en Belgique, au jardin du Graal de Philip Forrer en France, à la ferme de Sepp Holzer en Autriche(…) Les permaculteurs inventent un idéal agricole: un travail limité quand l’implantation est réalisée, où nature et agriculture se mélangent dans une abondante biodiversité et où la production est incroyable, sans arrosage, ni chimie, ni labour, ni désherbage.

DSC_0004red

A Garazinanea, le potager – en cours d’aménagement – est divisé en petites parcelles sur buttes inclinées au sud et séparées par des zones de circulation. Le principe est de ne jamais avoir à marcher sur les zones de plantation et tasser l’argile. Il s’agit toujours de réaliser une agriculture sans pétrole, les outils sont manuels et la tondeuse est électrique.  Une nouvelle haie fruitière au sud vient d’être plantée avec une alternance de pêchers et d’abricotiers avec kiwis et vigne. Adultes, ils protégerons les cultures du vent et apporteront de l’ombrage pour les légumes et fruits rouges sensibles au trop de chaleur.

Les poules ont encore accès au lieu après quelques précautions. Les parcelles sont recouvertes de branches de taille. Les gallinacées ne peuvent plus gratter! Ces branches peuvent aussi servir de support à un voile de protection. Troisième utilisation, les branches seront devenues des tuteurs. Et l’hiver: dans la cheminée.

Le printemps dernier, test de plantation de patates dans les taupinières!?…

1red

Cet hiver, recyclage des cartons sur les plates-bandes pour étouffer les indésirables sans mettre la terre à nue. Les auxiliaires y trouveront le gîte tout en préparant l’humus pour les cultures à venir…

 

Le poulailler sécurisé autonome

poulailler autonome et sécurisé

poulailler autonome et sécurisé

Les poules gasconnes volant très bien, l’entrée du poulailler est à 1.30m du sol. C’est de la rigolade pour elles que d’y entrer quand il est l’heure de dormir! A cette hauteur les      prédateurs ne peuvent ni sauter ni entrer.

Quand la famille s’agrandit, une rampe permet aux poussins de dormir avec père et mères…

Un tronc de chêne sert de pilotis pour ce poulailler basque inviolable. La structure                  débordant du tronc, la fouine grimpeuse ira trouver son repas chez un voisin…

Une porte peut renfermer la volaille le week-end pour ne pas être réveillé au chant du coq!

Autre avantage, à l’écart du sol, l’humidité est plus faible -les maladies aussi- et le                nettoyage hebdomadaire de la litière est aisée à hauteur d’homme.

La famille n’est nullement dépendante des poules pour partir en vacances… et au retour tout le monde est là.

 

Une maison écologique!?…

Petit rappel sur 3 points définissant une maison écologique:

1/Commencer par une excellente isolation avec des matériaux écologiques (sains et ayant nécessité peu d’énergie primaire pour leur production)

2/Avoir une consommation faiblement énergivore (chauffage performant et appareils        électriques peu gourmands).

3/Enfin une production énergétique basée sur les énergies renouvelables, produite à la maison ou achetée chez le fournisseur Enercoop!

4/Pour finir, une maison écologique doit réduire au maximum ses déchets et les valoriser pour les transformer en matière première (compostage, toilettes sèches…)

Les matériaux écologiques utilisés seront traditionnels, respirants, artisanaux et si        possible locaux. Respectueux de la nature et des hommes de sa fabrication à sa                destruction en passant par sa mise en oeuvre et son absence d’émanation toxique au cours de son existence.

Les choix de Garazinanea:

Pour l’isolation de l’étage: cloisons de 12cm en ossature bois et finition en plaque de PXD qui prennent en sandwich des panneaux de fibre de bois ou de laine de chanvre (pour    varier les plaisirs)…

340

Le mur nord et la toiture sont  isolés avec 30cm de ouate de cellulose insufflée.

264

Autour des huisseries en bois double vitrage a été glissée de la laine de mouton, vraiment adaptée pour cette utilisation!

Au rez de chaussée, les murs en pierre les plus fins ont été doublés avec des blocs chaux/chanvre. D’autres ont reçu un enduit chaux/chanvre (comme la façade principale au nord) offrant une correction thermique. D’autres encore ont été joints à la chaux ou à l’argile…

390

Le sol est une chape isolante chaux / pouzzolane, recouverte de terre cuite qui laisse        l’hygrométrie se réguler.

387

Toilettes sèches et traitement des eaux grises (cuisine, salle de bain et lave linge) par         phytoépuration (filtres plantés).

47

Chauffage au bois avec un poêle de masse…

394

Achat d’électricité d’origine 100% renouvelable par Enercoop! (http://www.enercoop.fr/)

 

 

Eau de sources

Etre autonome en eau est très important pour l’arrosage du verger et du potager, pour    étancher la soif des animaux domestiques et sauvages et celle de la famille.

DSC_0008

Lavoir en restauration

Le lavoir derrière la maison est alimenté par l’une des sources que compte la propriété. Autrefois, l’eau coulait toute l’année, maintenant plus rien de juillet à octobre! La forêt au-dessus en est la cause. Depuis près d’un siècle les arbres ont mangé la fougeraie en pompant au passage dans les nappes phréatiques du sous-sol…

Aucune analyse de l’eau n’a été pratiquée pour déterminer sa potabilité. Mais il n’y a aucune habitation en amont. Le risque est la présence d’excréments ou d’animaux morts. Pour réduire ces causes d’intoxication ou maladies (douve du foie…) une zone clôturée au-dessus du lavoir a été dressée! Par précaution, l’eau consommée est filtrée dans une fontaine à eau munie de 3 filtres très efficaces.

Fontaine à eau filtrante

Fontaine à eau filtrante

L’eau est excellente, sans goût de chlore, pleine de vitalité et gratuite. Dans cette fontaine en terre cuite, elle est toujours à la bonne température!

 

 

 

 

Une forêt récente!

90

Les bois en pente au-dessus de la maison ont moins d’un siècle. Les voisins, anciens         habitants de la ferme, sont des témoins de l’arrivée (du retour?) des arbres dans le paysage. Les cartes postales du début du XXème apportent une preuve supplémentaire…

Tout le versant était une fougeraie, récoltée et utilisée traditionnellement comme litière pour les animaux de la ferme, une pratique en déclin. Par ci par là poussaient quelques chênes solitaires, visibles aujourd’hui encore. Des arbres trapus, au port étalé, qui n’avaient pas eu besoin de pousser à la verticale pour se frayer un chemin vers la lumière quand il n’y a pas de compétition avec d’autres congénères feuillus.

52

Ce « nouvel » écosystème a 2 principales conséquences:

Les arbres pompent dans les réserves aquifères. Les sources ne coulent plus comme       auparavant aux dires des anciens et se tarissent même au milieu de l’été! La maison a     perdue son autonomie en eau, sniff … Ce déficit hydrique a forcément aussi modifié la faune et la flore.

La maison ne reçoit plus autant de soleil qu’avant. La cime des arbres dépassant                  largement la crête de la colline. Moins de soleil c’est moins de lumière, moins de chaleur pour la maison. Pour la nature, c’est plus d’humidité et de la rosée plus longtemps                   favorisant les maladies au verger et au potager…
Au solstice d’hiver, pendant 15 jours, aucun rayon ne s’attarde sur la maison!

DSC_0035

Des chênes, des châtaigniers, des saules, des frênes, des aulnes, des bouleaux, des         noisetiers, des acacias, des merisiers représentent les principales essences. Une belle forêt classée « Réserve de chasse », seules les battues aux gros gibiers sont autorisées pour limiter les populations de sangliers.

30

La poule gasconne, parfaite en tous points

37red

Avant de savoir qu’il existait une race très confidentielle de poules basques (au sud, côté espagnol), mes recherches m’avaient amenées à considérer la gasconne comme la plus locale de toutes les poules, et ses très nombreuses caractéristiques m’ont convaincu!

Le fait que cette race ancienne est sur le déclin – vraiment surprenant- est une autre bonne raison de la choisir pour commencer un élevage.

mère poule

Mère poule

Très rustique, depuis 3 ans, aucune maladie ne s’est déclarée!

nid sauvage en forêt

nid sauvage en forêt

Excellente pondeuse: une moyenne de 250 oeufs par an!

poussin gascon

poussin gascon

Très nerveuse, elle vole comme un faisan, ce qui est la qualité essentielle pour le poulailler autonome qu’elles habitent. Et à vivre en totale liberté en lisière de forêt, la fuite par les airs est salutaire…

Le jour où l’on renferma les poules…

C’est bien triste, mais l’incontinence de la volaille est chiante, sous les souliers, sur la terrasse, devant la porte… La biodiversité en prenait aussi pour son grade, moins de chenilles, mais moins de coccinelles aussi, et les tritons et salamandres dans le ruisseau où grattaient les poules, que devenaient-ils? Et les semis tout juste recouverts, les belles fleurs tout juste plantées, etc

La sanction est dure pour ses poules, qui vivaient presque à l’état sauvage, mais elles bénéficient d’un aménagement de peine! En les libérant les 2 dernières heures de la journée, elles se dégourdissent les ailes et mangent leur ration d’insectes et brins d’herbe. La nuit tombante, elles reviennent au poulailler et s’endorment en faisant des rêves de liberté, et leurs oeufs sont toujours les meilleurs au monde.

 

Débardage à chevaux

DSC_0029

Le plaisir de voir des chevaux sélectionnés depuis toujours pour les travaux de ferme! Poussez-vous, ça déménage…

DSC_0001

Pas de bruit d’engins agricoles polluants, pas besoin de chemins tout tracés et une complicité du dresseur avec ces 2 chevaux de trait où tout se fait à la voix. Cerise d’Itxassou sur le gâteau, Jean Christophe le bûcheron-débardeur est sympa, compétent et il habite à Itxassou!

DSC_0039

Un rucher hétéroclite pour apprendre!

Dans un souci de cohérence écosystémique, pour la pollinisation des arbres fruitiers de la ferme, pour un coup de pouce aux abeilles sur le déclin et pour le plaisir de consommer un petit peu de miel, des ruches étaient essentielles!

DSC_0001

Les environs sont propices aux abeilles, la flore est très diversifiée et le peu de cultures alentours avec leurs traitements toxiques est une base indispensable à leur bonne santé…

essaim1

Essaim sur cerisier

 

Maintenant il faut apprendre. Capturer ou attirer des essaims sauvages au printemps,  dompter l’adrénaline  d’une ruche de 30 000 âmes,  comprendre le fonctionnement et anomalies rencontrées.

Le rucher se veut traditionnel. Constitué de 2 ruches en terre cuite Hélianthe (ruche solaire de l’apiculteur alternatif Maurice Chaudière), de 4 ruches en paille, de 2 ruches en osier à enduire et d’une ruche-tronc de cerisier. Outre la beauté de ces différents habitats, on pourra observer les préférences des abeilles… quand celles-ci s’installeront!

Ces habitats sont dits ruches de biodiversité! Elles vivent comme à l’état sauvage, sans visite, traitements, nourrissage. Ces ruches petites à moyennes favoriseront l’essaimage et donc le nombre de colonies.

DSC_0023

Ces ruches naturelles sont énormément plus respectueux  des habitants, car ces ruches-paille ou ruches-tronc s’avèrent beaucoup plus confortables pour les habitants, quant à leur meilleure isolation et leur forme ronde.  La contrepartie, c’est la difficulté pour l’homme de profiter des trésors de la ruche, mais il existe des astuces…

 

ruche "solaire" Hélianthe

ruche « solaire » Hélianthe

Pour cette activité aussi, la nature sera respectée, le miel pourra être prélevé de manière très très raisonnable pour ne pas spolier tout le travail des butineuses en échange d’un vulgaire sirop de sucre qui leur remplirait l’estomac sans les nourrir! Voir même les affaiblir…

DSC_0015

DSC_0014

Des ruches en paille

 

Une haie fruitière…

Plein sud!

En bordure de pré, pour ne pas ombrager la zone de pâturage.

Le principe est d’alterner un fruitier haute tige avec des arbustes fruitiers. Une plantation de petits fruits aux pieds des arbres limitera les herbes indésirables en apportant une     récolte supplémentaire, tandis que des lianes fruitières (vignes, kiwai…) grimperont aux branches. Des ruches auront leur place à l’ombre…

Cette haie, la mieux exposée sera planté d’essences méditerranéennes: figuiers, agrumes, jujubier, grenadiers, vignes…

DSC_0026Pour l’entretien, en attendant que les couvre-sols prennent place et que les jeunes plants dominent leur environnement il faut arracher les ronces, les orties, le sureau hièble, les fougères aigles, les chardons, les jeunes saules , frênes…